Aller au contenu principal

Assistance et soutien émotionnel : les animaux à nos côtés

17 octobre 2018

Les animaux de compagnie apportent santé et bonheur. Les médecins recommanderont-ils un jour à leurs patients d’interagir avec des animaux pour leur santé ?

Depuis plus de 15 000 ans, les humains et les animaux cohabitent et coopèrent. Des loups domestiqués aux chiens élevés et dressés d'aujourd'hui, ces animaux apportent leur assistance, leur protection et leur réconfort aux humains depuis les premières traces de nos sociétés organisées.

Bien que les chiens soient sans doute les animaux d'assistance les plus connus et les plus anciens (la première référence littéraire à un chien guidant une personne aveugle date de l'an 79), aujourd'hui, l'idée qu'un animal de compagnie soit le « meilleur ami de l'homme » s'applique à de nombreuses espèces. Leurs rôles ont également évolué, puisqu'ils offrent à présent une assistance pratique et thérapeutique aux personnes.

Alors que s'accumulent les preuves des avantages émotionnels et sociaux dont on peut bénéficier en relation avec les animaux, les bienfaits que ces derniers peuvent apporter en matière d'assistance et de traitement de diverses pathologies sont de mieux en mieux compris.

« Le bénéfice thérapeutique des animaux de compagnie suscite de plus en plus l'intérêt des professionnels de santé et des sciences sociales, » explique le Dr Markus Edingloh, Chef de la division Bayer Animal Health Veterinary Scientific Affairs. « Nombreux sont les exemples de vies humaines transformées par les relations avec les animaux. »

Le risque de décès des suites d'une maladie cardiaque est près de 15 % inférieur chez les personnes vivant avec un chien

Au-delà des chiens-guides

Les chiens guides d'aveugles sont les animaux d'assistance les plus courants. Le premier centre de dressage de chiens guides a été fondé en 1929 à Nashville, dans le Tennessee, aux États-Unis. Aujourd'hui, des chiens d'assistance sont entraînés à réaliser diverses tâches répondant aux besoins spécifiques. Hormis les chiens d'assistance aux non-voyants et aux non-entendants, il existe des chiens d'assistance aux personnes diabétiques, capables de détecter des baisses de glycémie, et d'autres, capables de prédire des crises d'épilepsies imminentes et de réagir en conséquence.

Les personnes invalides ou malades ne sont pas les seules à bénéficier de la compagnie des animaux. De plus en plus, des travaux de recherche sont consacrés à l'impact positif des animaux de compagnie sur la santé cardiovasculaire de leurs propriétaires, notamment la diminution de la tension artérielle et du stress. Selon une étude, les personnes vivant avec un chien ont un risque de décès de maladie cardiaque inférieur de près de 15 %.

Les bénéfices du temps passé avec des animaux incitent à la création de zoothérapies (impliquant généralement des chiens) au sein des hôpitaux, dans le but d'améliorer les chances de récupération, particulièrement chez les enfants gravement malades.

Soutien émotionnel

Lorsque Robert Soliz a quitté l'armée en 2005, après avoir servi dans un bataillon d'intervention rapide dans la partie sud de Bagdad, il a eu des difficultés à se réadapter à la vie en Californie.

Anxieux et incapable de faire preuve d'affection envers sa famille, Soliz est l'un des 300 000 anciens combattants des conflits afghan et irakien souffrant du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et ceci, rien qu'aux États-Unis. 

Il fait également partie du nombre croissant de personnes souffrant de SSPT qui voient leur vie s'améliorer grâce aux chiens de thérapie. Les programmes tels que K9s For Warriors et Paws for Purple Hearts aident les soldats à se détendre, à communiquer et à se réadapter à la vie quotidienne.

Les animaux de thérapie et de soutien émotionnel ne sont pas entraînés à réaliser des tâches spécifiques comme les animaux d'assistance, mais font partie intégrante du processus thérapeutique.

Compte tenu de l'effet apaisant des interactions avec les animaux, le recours aux animaux de compagnie de toutes sortes pour le traitement des problèmes émotionnels et de santé mentale est de plus en plus fréquent. Les animaux utilisés dans ces traitements vont des oiseaux aux dauphins, mais les premiers furent les chiens, ces amis fidèles.

Les premières preuves de l'utilisation d'animaux dans le traitement des troubles de la santé mentale datent du 18e siècle. Sigmund Freud fut l'un des premiers à étudier la thérapie impliquant des animaux et à constater que la présence apaisante de Jofi, son Chow Chow, aidait ses patients, et notamment les enfants, à s'ouvrir. 

C'est néanmoins Boris Levinson, considéré comme le père de la zoothérapie, qui a, le premier, conseillé le recours aux animaux de thérapie à d'autres professionnels de la santé mentale dans les années 60 et 70.

Outre ces animaux spécialisés dans l'assistance, passer du temps avec des animaux serait bénéfique pour tous.

« Nombreux sont les exemples de vies humaines transformées par les relations avec les animaux. »

– Dr Markus Edingloh, Chef de la division Bayer Animal Health Veterinary Scientific Affairs

Nos amis à fourrure

Posez la question à n'importe quel propriétaire d'animal : sans doute confirmera-t-il le rôle important que joue son animal dans sa vie sociale, et que la compagnie est une autre manière dont les animaux améliorent la vie de leurs propriétaires.

Cette réalité est encore plus évidente chez les personnes âgées, puisqu'au Royaume-Uni, selon les résultats d'un récent sondage, 73 % des plus de 50 ans se sentent seuls. Avec le vieillissement de la population dans de nombreuses régions du monde, il devient urgent de trouver une solution à cette problématique, qui est associée à des problèmes de santé, allant de la dépression aux maladies coronariennes.

Les animaux de compagnie ont des effets mentaux et physiques positifs avérés sur les personnes âgées. La compagnie des animaux peut avoir un impact positif sur les personnes atteintes de démence, et plus particulièrement sur les symptômes comportementaux et psychologiques de ces pathologies. Sur le plan physique également, les études mettent en avant une diminution de la détérioration de la capacité à réaliser les tâches quotidiennes.

Chez les plus jeunes, les animaux peuvent jouer un rôle important dans les premières années de vie. L'enfance et l'adolescence sont des années importantes pour le développement, qui ont un impact à très long terme sur la santé et le bien-être. Vivre avec un animal au cours de cette période peut être bénéfique pour le développement émotionnel, cognitif, comportemental, éducatif et social.

En parallèle du rôle émotionnel des animaux dans la vie des humains, d'un point de vue strictement scientifique, il existe encore trop peu d'études cliniques confirmant les premières découvertes sur les bienfaits des animaux sur la santé physique de l’homme. Mais des études indiquent qu'un état d'esprit positif et le bonheur au sens large peuvent avoir des effets positifs sur la santé physique. Et bien qu'il n'existe pas de consensus désignant le meilleur animal parmi les propriétaires d'animaux (puisque la division entre amoureux des chiens et des chats perdure), ils seront tous d'accord pour dire que leurs animaux les rendent heureux.

Les relations entre les humains et les animaux ont évolué depuis leurs débuts. Pour des millions de personnes dans le monde, les animaux, qu'ils soient grands ou petits, à fourrure ou à écailles, sont de bons compagnons, constituent une source de réconfort et incitent à sortir de chez soi et à faire de l'exercice. Alors que les recherches se multiplient, les bienfaits physiques et émotionnels de ces relations semblent être plus qu'une question d'opinion.

Recommandation personnalisée

Vieillissement démographique : préserver la santé des séniors

 

Participer à la conversation #MieuxVivreCestPossible
Parlons ensemble des défis d’aujourd’hui et des solutions de demain

 

Haut de la page